Projets en cours

 


  • PROJET 1 :

ACRONYME : RN-FCH 

PROJET SOUTENU PAR Sud Expert Plantes Développement Durable

TITRE DU PROJET: Une reconstitution naturelle de la forêt classée du Haut-Sassandra après abandon des activités agricoles est-elle possible?.

PARTENAIRES :  


Logo Sodefor


DESCRIPTION :

Le projet RN-FCH s’inscrit dans un contexte de l’évaluation de la biodiversité de la Forêt Classée du Haut Sassandra (FCHS). Il constitue une suite logique du projet antérieur D2PCPCI, centré sur l’accumulation de connaissances afin de déterminer les conséquences des crises politico-militaires sur les dynamiques des paysages naturels. Cette proposition est pilotée par le Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Ecologie du Paysage et en Environnement (GRIEPE) en collaboration avec la Société de Développement des Forêts de Côte d’Ivoire (SODEFOR). Il a pour objectif d’évaluer la diversité de la flore des espaces dégradés et l’aptitude de la charge semencière actuelle du sol à permettre une reconstitution naturelle de la FCHS. A terme, elle vise à mettre à la disposition des gestionnaires de la FCHS, des données de base à l’élaboration d’une stratégie de gestion de la biodiversité. La méthodologie de cette étude s’articule autour de cinq grandes activités : la cartographie de la végétation, la caractérisation de la diversité de la flore, les enquêtes ethno-biologiques sur les pratiques culturales et le suivi de la reconstitution grâce à des parcelles permanentes. Finalement, un atelier réunira tous les acteurs de la gestion des forêts de sorte à vulgariser les résultats de cette recherche. Ce projet sera exécuté sur trois années entre juin 2017 et mai 2020. Son Budget s’élève à 34.947,27 € dont un apport de 5.875,37 € du GRIEPE.

Lien du site:  http://www.sep2d.org/projets-soutenus/recherche-operationnelle/reconstitution-foret-haut-sassandra-cote-d-ivoire


  • PROJET 2 :

TITRE DU PROJET: Modernisation et renforcement des Herbiers de Côte d’Ivoire

PROJET SOUTENU PAR Sud Expert Plantes Développement Durable

PARTENAIRES :  



DESCRIPTION :

L’herbier est un outil d’enseignement et de recherche de toute première importance pour plusieurs disciplines allant de la botanique, à la taxonomie, la phylogénie, l’écologie, la biogéographie. Il représente une « banque » de matériel végétal et d’informations précieuses. Il est donc important de récolter et de garder précieusement les spécimens d’herbiers dans des conditions qui permettent de conserver au mieux ces informations telles que ADN, contenu chimique, morphologie, etc. Ainsi, feu le Professeur Laurent AKE-ASSI dans le souci de constituer cette banque de données pour la Côte d’Ivoire, a mis en réserve, de nombreux et vastes spécimens de divers types de formations végétales. Malheureusement suite aux différents événements qu’a connus la Côte d’Ivoire et surtout du fait de l’insuffisance de  moyens adéquats pouvant permettre leur équipement et leur entretien, les herbiers de la Côte d’Ivoire ne sont plus à mesure de jouer pleinement leur rôle d’outil de travail, à la disposition des scientifiques, tradipraticiens, etc.,

Ainsi, depuis 2016, les principaux détenteurs d’herbiers en Côte d’Ivoire (CNF, CSRS, IBAAN et UJLoG), ont décidé de travailler en consortium grâce à un projet GBIF, afin de réhabiliter et sauvegarder cet important patrimoine que constituent les herbiers,  puis les mettre à la disposition des scientifiques et du public, aux fins d’études et de recherches botaniques. Le consortium bénéficiera du transfert de connaissance et de la formation de partenaire internationaux comme l’École de foresterie de l’Université de Moncton, Campus d’Edmundston (Canada) avec qui l’Université Félix Houphouët Boigny  a signé en 2015, une entente de coopération bilatérale. Les activités de recherche, qui nécessitent un budget de 41 167,70 €, concerneront principalement le conditionnement, la numérisation, la géolocalisation des sites d’occurrences des spécimens de la collection d’herbier associée à une cartographie écologique de la végétation, la création de bases de données et la publication de données botaniques. La structure porteuse de projet est le Centre National de Floristique (CNF); UJLoG et IBAAN apporteront une contribution à hauteur de 11 280,70 €. Le montant demandé au SEP2D est 29 887€.

La réalisation de ce projet, va donc permettre de résoudre les problèmes de gestion et de conservation des herbiers nationaux.

Le lien du site: http://www.sep2d.org/projets-soutenus/collections-botaniques/herbiers-de-cote-d-ivoire


  • PROJET 3 :

ACRONYME : D2PCPCI

PROJET SOUTENU PAR : Le Projet soutenu par le Contrat de Désendettement et de Développement financé par la France

TITRE DU PROJET: Dynamiques paysagères en période de crises politico-militaires en Côte d’Ivoire : influences sur la gestion et la disponibilité des terres agricoles et la sécurité alimentaire.

PARTENAIRES :  


universite-alassane-ouattara

universite-ouagadougou universite-nice-sophiaLogo Sodefor


DESCRIPTION :

Ce projet a pour objectif général de développer des connaissances sur les conséquences des crises politico-militaires des années 2000 en Côte d’Ivoire sur la dynamique des paysages naturels et la disponibilité des terres pour l’agriculture de subsistance.

Il s’agira, à partir de techniques de télédétection et d’écologie du paysage de déterminer la dynamique spatio-temporelle du couvert végétal, pendant la période de conflits, en Côte d’Ivoire comparativement à la période de paix au Bénin. Des inventaires phytosociologiques permettront d’actualiser les zones refuges de biodiversité et les plantes endémiques dans les localités étudiées en Côte d’Ivoire. Des enquêtes socio-anthropologiques en milieu rural permettront de déterminer les surfaces agricoles converties en culture du cacaoyer ainsi que les quantitiés de productions vivrières disponibles dans ces différentes localités. A partir de ces données, l’état de l’insécurité alimentaire dans ces zones sera connu. Les filières des immigrés pour la culture du cacaoyer seront identifiées et leur fonctionnement seront connus dans l’optique de proposer des solutions adéquates pour leur insertion sociale et leur participation à la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire. Les volumes de transferts financiers vers leur pays d’origine seront également déterminés. Enfin, des modèles permettront de prédire l’impact des dynamiques des paysages en période de paix et en période de conflit sur la disponibilité des terres pour l’agriculture de subsistance et la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire.

Ce projet est porté par une équipe pluridisciplinaire issue des Universités Jean Lorougnon Guédé et Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, de l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso), de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin), de l’Université Nice Sophia Antipolis (France) et du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD, France). Il implique les disciplines de l’écologie du paysage, de la géographie humaine, de l’anthropologie, de l’agroéconomie, de la phytosociologie et de la modélisation.

À terme, des solutions adéquates conciliant la bonne gestion des terres et des forêts et la satisfaction des besoins alimentaires de la Côte d’Ivoire seront proposées aux Gouvernants et aux populations rurales.


  • PROJET 4 : GBIF (Système Mondial d’Informations sur la Biodiversité)

ACRONYME : BID-AF2015-0025-NAC

TITRE DU PROJET:  Evaluation and development of a funding mechanism and efficient management of data on plant biodiversity in Côte d’Ivoire (Ivory Coast)

PARTENAIRES :  


logo ujlog logo-ufhb logo-csrs logo_gbif

 


SUMMARY :

The National Floristic Center (CNF) was created in 1973 and its main mission is the realization of all botanical studies in Ivory Coast. It contains the National Herbarium which has about  60 000 specimens that were collected in rural areas, forest reserves  and national parks by Professor Aké-Assi Laurent. This allowed not only to have reference specimens but also to contribute to the formation  of many other botanists and biodiversity conservation agents. Today, the CNF is struggling to meet its sovereign mission due to lack of funding and the lapsing of the service.

The objective of this project is to reinvigorate the action  of CNF in the backup data of the Ivorian flora  by contributing  to an efficient  and universal use  of strategy of capitalization and dissemination. The project will be executed by four major players who are involved in the management of the Ivorian plant biodiversity. Thus, through missions and workshops and the digitization  of the herbarium of CNF, all  floristic actors holding data will be involved in the development of this new ivorian flora management tool via a collaborative tool. Further , the CNF is facing many challenges in the remobilization of actors  and data, in the facilitating of data access and above  all in the participative  and continuous updating of data.


Laisser un commentaire